GameDev – Les stagiaires Technobel présentent leurs jeux vidéo

GameDev - Formation de développement de jeux vidéo

Cette semaine, le monde du jeu vidéo est en ébullition : l’E3, plus grand salon mondial dédié à cette discipline, a lieu à Los Angeles. Hasard du calendrier, c’est aussi cette semaine que se terminait la formation de développement de jeux vidéo (GameDev) chez Technobel, l’occasion pour les participants de présenter devant un petit jury de professionnels les projets sur lesquels ils ont travaillé pendant plusieurs semaines.

Technobel mise sur le développement de jeux vidéo

Le jeu vidéo prend de plus en plus de place dans notre société. En 2016, il représentait 100 milliards de dollars de recettes à travers le monde, bien loin devant le cinéma et ses 39 milliards de recettes. Il s’agit indéniablement d’un secteur plein d’avenir. Même s’il est encore peu représenté en Belgique, Technobel a décidé d’anticiper son expansion en proposant une formation entièrement dédiée au développement de jeux vidéo. La deuxième édition vient de se terminer.

Nous avons accueilli 10 programmeurs en herbe qui se sont familiarisés avec le monde du développement de jeux vidéo. Si certains avaient déjà suivi une formation Technobel auparavant (Web Developer ou Dotnet Developer), d’autres étaient là pour la première fois, avec un bagage acquis dans d’autres filières. Toutefois, aucun problème à signaler, tous les participants sont arrivés au terme de la formation.

Lien vers notre catalogue de formations

Durant 70 jours, les participants ont appris les bases du métier, ont dompté le langage de développement Javascript et, surtout, ils ont créé un jeu de toutes pièces, sur base de leurs connaissances acquises tout au long de leurs différents parcours.

Ce mercredi 14 juin marquait la fin cette formation de développement de jeux vidéo. L’occasion pour les participants de montrer aux équipes de Technobel, mais aussi à des représentants de l’industrie (Fishing Cactus, PONG), les projets réalisés. Au total, 6 jeux ont été présentés :

Breakout Roulette, développé par Olivier, Bernard et Maxime.

Breakout Roulette est une sorte de mélange entre la roulette de casino et le célèbre casse-brique. 2 à 4 joueurs s’affrontent. Chacun contrôle un canon qui tourne autour d’une roulette composée de briques portant chacune un numéro. Le joueur devra tirer sur les briques et, en les détruisant, additionnera les chiffres inscrits dessus. L’objectif : atteindre un montant qui leur a été donné en début de manche. Ce faisant, il gagne un niveau et doit recommencer le processus. À la fin du chronomètre, le joueur au score le plus élevé remporte la partie.

Eatman, développé par Ali.

Ce jeu nous plonge dans la peau d’un morceau de viande. Notre mission : protéger nos amis-aliments d’une horde de bouchers affamés. À coup de hot-dogs et autres bonbons, nous repoussons les adeptes du hachoir qui arrivent par vague. Un jeu coopératif donc, mais qui peut tantôt être compétitif : des bonus apparaissent de temps à autres et les joueurs auront tout intérêt à être le premier dessus.

Dark’n Light, développé par Gérald.

Un projet un peu particulier puisqu’il a été réalisé en quelques jours seulement. Il s’agit d’un jeu de survie qui se base sur la lumière et l’obscurité. Le joueur prend le contrôle d’un fantôme entouré d’un halo de lumière dont le rayon diminue petit à petit. S’il venait à disparaître, le joueur perd la partie. Il doit donc trouver des orbes de lumière pour survivre. Petite difficulté : le terrain, plongé dans l’obscurité, se remplit petit à petit de monstres qu’il faudra éviter. La victoire sonne au bout de 3 minutes, si le joueur est toujours en vie.

Junk Order, développé par Bastien.

Projet aussi réalisé en quelques jours. Junk Order propose au joueur de trier des déchets  Si le jeu paraît simple à première vue, le message qu’il véhicule dénonce la surexploitation ouvrière et les conditions de travail. Le joueur recevra en effet des consignes en provenance de la direction de l’usine l’obligeant à travailler plus, à prendre des décisions anti-éthiques, etc. Un jeu engagé donc, une décision que l’auteur assume pleinement.

Asteromiss, développé par Mathieu

Ce jeu propose au joueur de piloter un vaisseau qui s’aventure dans un champ d’astéroïdes. Ce dernier devra manœuvrer pour pouvoir éviter toute collision et s’en sortir indemne. Il aura à sa disposition un canon pour pouvoir éliminer certains obstacles et un module de réparation en cas d’impact. Plusieurs modes de jeux ont été développés : le mode normal, où il suffit de franchir le champ d’astéroïde, le mode survie, dans lequel il faut tenir le plus longtemps, et le mode coop, qui permet à deux joueurs de se répartir les contrôles du vaisseau.

Rush, développé par Baptiste

Rush est un jeu de survie dans lequel le joueur doit protéger un chat, qui dispose de 9 vies. Les ennemis arrivent par vague, le joueur possède une arme pour les arrêter avant qu’ils n’atteignent le félin. En parallèle, il devra également atteindre une boîte placée aléatoirement sur le terrain qui débloquera une nouvelle arme, mais aussi une nouvelle vague d’ennemis. Le but ? Survivre le plus longtemps possible. Plusieurs modes multi-joueurs sont disponibles : coopération (2 joueurs) et compétitif (2-4 joueurs).

En fin de matinée, tous les jeux étaient jouables, et ils ont également pu être testés par les professionnels du jeu vidéo présents à la présentation. L’occasion de prodiguer de précieux conseils aux apprentis développeurs. Parmi ces derniers, plusieurs ont d’ailleurs prévu de continuer à travailler sur leurs projets.

Du côté de Technobel, le jeu vidéo reste au centre de ses préoccupations. La troisième édition de la formation de développement de jeux vidéo se prépare, tandis qu’un module centré sur le développement de jeux vidéo en réalité virtuelle débutera en septembre. Plus d’informations :

Lien vers les informations sur la formation de développement de jeux vidéo en réalité virtuelle.

Laisser une réponse