Après le nuage (cloud), le brouillard (fog) !

Fog computing

La multiplication des objets connectés et l’inévitable croissance des données qu’ils produisent entrainent une nouvelle réflexion sur la manière dont nous consommons les ressources informatiques : le Fog Computing.

Cloud VS. Fog Computing

Si actuellement, le Cloud Computing – cette technologie qui permet de délocaliser les ressources, le stockage ou encore le traitement des données – bouleverse les systèmes d’information des entreprises, il présente néanmoins, du fait de sa saturation, des temps de latence importants. En effet, les serveurs présents dans le Cloud sont, le plus souvent, géographiquement éloignés de leurs utilisateurs. Cette distance, couplée à la croissance du nombre de données envoyées dans le cloud et de facto à la surcharge de la bande passante, provoque des temps de réponse des applications de plus en plus importants et incompatibles avec les besoins d’analyse en temps réel.

Le Fog Computing et le Cloud, deux solutions complémentaires

En amenant des réponses aux failles de l’informatique en nuage, le Fog Computing n’a pas la prétention de vouloir remplacer le Cloud mais bien de le compléter. Il propose en effet d’optimiser l’expérience des utilisateurs en rapprochant les ressources au plus proche d’eux. Si le Cloud (nuage en français) se référait au ciel pour symboliser des ressources distantes, le Fog (brouillard en français) se veut proche du sol et donc des utilisateurs. Le Fog Computing est en réalité une intelligence locale, mutualisée, indépendante et sécurisée.

Face à la multiplication des objets et capteurs connectés et à leurs productions de données, le Fog Computing s’avère un solution adéquate aux besoins de ressources liés à l’Internet des Objets. A travers ce type de réseau, les objets connectés feront appel à leur environnement proche et aux équipements situés en leur périphérie pour réaliser le traitement des données qu’ils auront collectées. Finis les échanges avec les serveurs lointains (type Cloud), place à la proximité pour plus de rapidité. Après tout, dans l’univers de l’Internet des Objets, qui mieux que les objets et capteurs eux-mêmes pourraient traiter leurs propres data et au final ne transmettre dans le Cloud que les résultats de ces traitements !

Découvrez le Fog Computing avec Technobel

Depuis 2015, Technobel, développe un axe de formation exclusivement dédié à l’Internet des Objets. Repris sous le nom « ELIOT » (pour Experiential Learning with Internet of Things), ce programme de formation s’adresse à tous les types de publics en proposant à la fois des séances de découverte mais aussi des formations pointues. ELIOT présente également une série de conférences, de causeries et ateliers pratiques visant à démystifier l’Internet des Objets, ou voir même, à prototyper son propre projet IoT.

Le Fog Computing, dont les enjeux sont relatés dans cet article, fait par exemple l’objet d’une journée découverte. A l’issue de cette journée, les participants pourront mieux comprendre l’architecture d’un réseau « Fog » telle qu’imaginée par CISCO mais aussi toutes les contraintes liées à l’Internet des Objets.

Vous pouvez consulter les détails de cette journée de manière plus détaillée ici. N’hésitez pas à vous inscrire !

Infos de contact :

Web : https://eliot.technobel.be/activites.php#formations

Mail : info@technobel.be

Tél. : 0800 188 22 (n° gratuit).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *